AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Finwë Dral Maarzac "Miguel"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miguel
//Mandalorien de légende\\
Admin

//Mandalorien de légende\\Admin
avatar

Messages : 40

Holocarte d'identité
Inventaire:
Race: Mandalorien
Relations:

MessageSujet: Finwë Dral Maarzac "Miguel"   Lun 28 Juin - 11:28

Présentation du personnage


Nom et Prénom : Finwë Dral Maarzac

Surnom: Miguel

Age: 38 ans

Race: Mandalorien

Origine: Sommov Rit pour la naissance, originaire de Mandalore

Profession : Guerrier

Physique:

Miguel arbore un air souvent mélancolique, perdu dans ces pensés, son regard est noir et marqué par les coups dures et les aventures qu’il a subit, mais il peut facilement se remplir d’amitié ou d’amour. Il possède des yeux bleues comme la mer au zénith, et de long cheveux blonds bien entretenus. Il lui arrive assez souvent d’être mal rasé. Sa carrure est extrêmement forgé par les entraînement incessant, il est de grande taille qui impose le respect. Il aime se faire des traces noir de guerres sous les yeux, et lors de combats, nouds à ces cheveux un bandeau bleu foncé.

Caractère:

Tout ce que l’on peut dire de lui, face à son regard impénétrable, c’est qu’il est harmonie avec son milieu, contrairement aux autres de sa race, il croit en la force et médite souvent, pour s’adonner à des exercices. Il tient particulièrement à prouver qu’il este un des plus grand guerrier de son temps et se surpasse toujours dans les efforts, tel un jedi il est capable d’interagir sur les esprits faibles pour les contrôlés. Il pense avoir trouver la sagesse en son mode de vie, et aime le calme et les moments d’apaisement. Malgré cela, il se prête facilement aux fêtes, à la musique, par laquelle il s’exprime en jouant de la guitare et chantant des aires avec ces compagnons. Il aime le respect des traditions et de la langue et déteste qu’on lui parle dans un autre langage que le Mando’a. Son caractère bestiale en guerre le pousse souvent à compter ces ennemis abattus et lui donne la sympathie de ces Vod. Il tient à ce qu’avant chaque guerre ou pendant soient chantés les grands chants qui ont faits l’honneur de la nation, sa nation: Mandalore.

Histoire:

- Meg haa'taylir gar ? ("Que regardes tu ?")

- Haar pel ca'tra ... kaysh dinuir birov b'tome'tayl ("Le doux ciel de la nuit ... il me donne temps de souvenirs")

- Bal meg haa'taylir gar ? ("Et que vois-tu")

- Cuun ruug'la ! ("Nos ancètres !")

- Meg sirbur kaysh ? ("Que disent t-ils ?")

- Meg kaysh ner ganar su sirbur: ("Ce qu'ils m'ont toujours dit :")

Shal draar ramaanar, shal su duraan , lo haar tal b’gar aru’e kotir, bal shal draar haar b’ kot dola !

("A jamais tu ne mourras, à toujours de haut tu regarderas, dans le sang de tes ennemis tu vaincras, et à jamais le sol, de ta force se répandra !")


Jounal de Miguel


Je ne sais pas si je pète un câble ou quoi que ce soit, mais je décides de raconter mon histoire ici, mes mémoires, en cet ouvrage, en espérant qu'un jour mes aventures puissent être chantés en légendes comme le sont aujourd'hui celles des anciens.

1. Goten


Oubliez tout ce que vous avez vu, tout ce que vous avez put connaître, plongez vous en moi, suivez mes pas, j'ai vécu tellement de choses, en si peu de temps, il me faudra tout compter, ne bougez pas, restez attentifs.

Mais je pense qu’il serait intéressant de vous exposé en détail ce qu’on put être quelques aspects de ma vie, histoire que vous n’en sortez pas sans me connaître un brin, et que vous ne vous mettez pas à débiter je ne sais quoi sur mon compte. Commençons par le début ! Je crois que cela sera meilleur pour vous. N’ayant découvert mon vrai prénom que récemment, je ne vais pas faire d’une généralité un truc nouveau, appelez moi Miguel ! Je suis né sur Somov Rit, fils de Kerzan et Benette, ne me demandez pas d’où sortent ces noms, car pour ne rien vous cacher il ne veulent pas dire plus de choses qu’un Bantha coincé à l’intérieur d’un vaisseau consulaire, et ce ne sont pas plus des noms que le Bantha se sera tout simplement perdu. Pour faire claire Somov Rit étant l’un des coins les plus piteux et minables de la galaxie (je vous en prie vous pouvez le dire pour ça je ne vous flanquerais pas un poing) ils s’inventent des superstitions à la con, et de ce fait je m’appelle Miguel, pas de nom pas de prénom, simplement un surnom, comme tout ceux qui vivent en ces lieux. Je ne peux pas vraiment dire que j’ai vécu sur cette planète miteuse puisque lorsque j’eus mes deux ans, nous avons quitté ce trou paumé, pour embarquer clandestinement sur un cargo de contrebande qui partait vers Corellia. J’y ai grandis dans une moins grande misère qu’auparavant je dois le dire, mon père, devenu contrebandier nous avait obtenu une bonne place dans le Secteur bleu, je ne peux pas dire qu’il est fait des choses très bien mais l’on mangeait le soir et vivaient au chaud. Vivant bien, ne me blessant que rarement (ce qui est l‘essentiel pour un môme), dans tout ça, je grandis dans les bas fonds, avec un goût prononcé pour la mécanique dés mes quatre ans, je croyais pouvoir devenir pilote, des rêves de gamins !

J’étais bien trop jeune pour sentir les tensions qu’il y avait déjà, mon père se faisant réclamé des dettes, ne supportait plus son petit travail illégal, et plus tard j’ai appris les raisons de sa mort, si inévitable dans chaque histoires…
Mon père, ce bon samaritain, fort et droit, avait arrêté la contrebande, il avait réussi à remboursé ces dettes, et préférait vivre honorablement: il devint chasseur de primes. Je me souviens encore de lui dans sa prestigieuse armure blanche, qui à l’époque ne m’évoquait pas grand-chose. Il nous permit d’améliorer notre situation, il se dressa des contacts, et sembla devenir important, il combattait ceux pour qui il avait travaillé la veille. Usant de ces aptitudes, il fut vite connut pour être un chasseur de bandits, ce qui ne lui apporta pas que les louanges du Secteur bleu. Je ne vais pas m’attardé là-dessus, son meurtre fut commandité, lui et ma mère furent tué à tirs blaster sous mes yeux, dans notre appartement, à l’âge de six ans j’avais ainsi assisté à un vrai massacre, entre les huit hommes tués par mon père dans la bataille et mes parents s’écroulant sur le sol. Je ne sais plus trop ce qui se passa après, si j’avais fuis, ou si je mourrais, j’étais orphelin, je n’avais que six ans ! Je sentais beaucoup de bruits en moi, trop de sons, ou pas assez.

2. Eyn evaar'la jetii.

Un jedi du nom de Kayzan Lee, le type de gars plongé dans leurs affaires jusqu’au point d’interagir avec elles observait depuis longtemps ce groupe de bandits « Les dragons bleus » je crois, enfin le savoir va pas me rendre mes vieux; je dirais ce Kayzan était plutôt un gars bien, enfin je le penses sincèrement. Il avait compris la situation de mon père et voulait l’aider. Il n’arriva que trop tard, c’est le genre de truc connu, il ne savait pas où allaient frappé les « dragons », il le découvrit tout de même à temps pour me retrouver, vivant. Je pense qu’il avait dut sentir ma présence, lorsque cette nuit là j’avais été précieusement caché derrière un vieux meuble par ma mère. Le vieux Lee ne savait pas quoi faire de moi, il dut y ressentir un cheveux de force, enfin suffisamment pour me ramener à Coruscant, au temple Jedi.

Une nouvelle destinée se dessinait pour moi, coupé du monde, grandissant avec d’autres orphelins, l’on m’apprit les bases de l’ouverture d’un sabre laser et du déplacement d’un objet, les habits raides, serrés et propres, la coiffure parfaite à une mèche prêt avec une tresse pour l’orner. Mais le jeune garçon que j’étais semblais montré un réel goût pour regarder les nuages passés. A l’âge de dix ans, je pus enfin comprendre que si l’on faisait semblant de s’intéresser à leurs choses étranges, il n’arrivait jamais que l’on se fasse considérer comme perturbé ou encore être renvoyé. Faire semblant pour avoir la paix, c’est ainsi que je connus la vie, la vraie, celle de la nuit. Fumant, buvant, je passais mon temps à m’esquiver dans le bas-fonds de coruscant qui à mon grand plaisir, me rappelaient mon enfance.

Mais bientôt je devins Padawan, me construisant un sabre au manche en canne et à la lame bleue, on m’attribua à Kayzan Lee, à sa propre demande, et alors tout changea. C’est difficile à dire, ou pire à expliquer, surtout pour des gens de mon peuple, mais pourtant, j’ai ressentis la force en moi. Ce maître était si bon, qu’il m’apprit bon nombre de choses, bientôt je déplaçais des vaisseaux de petites tailles, et me défendais à l’escrime dans un style plus que personnel. Ce dernier me passionnait particulièrement, il m’amena à être l’un des meilleur escrimeur de mon temps, chaque geste n’était que pure technique, qu’art pure. Les missions s’enchaînaient, avec mon maître nous parcourions l’univers à la recherche d’une aide pour la veuve et l’orphelin.

J’eus 17 ans lorsque vint ma première véritable épreuve, nous devions fouillé une base désaffecté sur tatouine qui avait éveillé les soupçons de l’assemblée après qu’on y est retrouvé mort tout un groupe de chasseurs de primes, sans doutes trop curieux. De nombreuses pistes découvertes nous menèrent jusqu’à Kashyyk, la planète des Wookies, nos alliés. Ils nous aidèrent bien vite à accélérer nos recherches en nous servant d’éclaireur dans leur faune qui leur servait de planète, de nombreuses journées de marches nous amenèrent jusqu’à une colline particulièrement haute dans ce reflet plat. Après avoir traversé une caverne, nous n’avons pas tardé à nous retrouvé face à des êtres qui n’avaient pas apparus depuis plus de milles ans, les détenteurs du côté obscur, le côté noir de la force, les sith. Ils refaisaient leur apparition face à nous, je en pus jamais raconter ceci à quiconque qui soit, car jamais nous ne sommes revenus au temple. Un combat s’en suivit, les deux Wookies qui nous accompagnaient furent vite au sol, deux sith, un maître qui se jeta sur Kazan et son apprenti, enragé de la pire espèce, le combat fur rude, mais je finis par défaire mon adversaire grâce à mes supériorité en maniement du sabre. Ces pouvoirs de la force, phénoménaux, m’avaient coûtés chère à contrés durant diverses parade, et c’est épuisé que je l’avais décapité, je n’avais pas eus le choix, c’était lui ou moi.

Revenant vers mon maître, je tentais de reprendre force et vigueur pour qu’ensemble nous puissions faire poids. Mais l’ennemi se défendait avec deux lames et une vitesse bien plus grandes, après un enchaînement de coups, je me retrouvais bien vite plaqué et assommé avec sa force contre le mûr, après mettre fait l’acéré le dos de son sabre, cicatrice que je portes encore. Mon maître fut tué alors que je reprenais tout juste connaissance, sa tête vola jusqu’au néant. Le sith allait me tuer, il se mit à ranger son sabre, et m’électrocuta depuis l’autre bout de la crevasse, il fallait faire vite, il me fallait mon sabre, où était il, au sol, et à une trentaine de maître. Épuisé je levais le bras, avant de bouger l’objet avec la force, ouvrit la lame, et dans un grand geste le fit bouger pour l’amener jusqu’aux éclairs, juste entre moi et le sith, la répercussion fut immédiate, et le seigneur d’ombre se prit son propre éclair renvoyé par la lame, le choc était bien plus puissant que pour moi, et il voltigea à plusieurs mètres. Il fallait que je me relève au plus vite, mais soudain un bruit sourd, je ne pouvais plus ouvrir les yeux, je sombrais dans l’inconscience.

3. Ni cuyir Mando !

Un bruit calme sifflait à mon oreille, où étais-je ? Je voyais trouble, devant moi se portait une armure rouge, un être, je pus enfin distinguer mon sauveur, il s’appelait Dimebag Eldewen. Dime comme je l’ai vite appelé, était un mandalorien de la dernière génération, celle de Jango Fett, époque déchue. Il ne parlait rien d’autre que le Mando’a, pourtant étrangement je le comprenais sans pouvoir lui répondre. Il m’expliqua tout, voilà plusieurs années qu’il me recherchait, mon père était l’un de ces meilleurs amis, il se nommait Finwë Dral Maarzac, nom d’une grande famille Mandalorienne, et oui tout s’éclairait maintenant, mon père était Mandalorien, je suis Mandalorien. Mon père c’était donc caché après cette époque déchue contre les Jedi qui leur avaient pris leur Mandalore, il continuait à voir Dimebag, c’est lui qui l’encouragea à devenir chasseur de prime. Ils travaillaient ensemble. Maintenant je connaissais mon nom, je portais le même que celui de mon père, je pouvais me débarrassé de ce surnom que m’avaient donnés mes parents, et que mon père avait adopté pour lui. Mais au fond de moi je savais, que Finwë était mon nom, mai jamais je ne me débarrasserais de Miguel.

Dimebag m’apprit tout ce qu’un Mandalorien devait savoir, il m’enseigna tout les arts, les droits, et ce fut pour moi une révélation, enfin je me sentais libre, Ni cuyir Mando (« Je suis Mandalorien »). Je parcourais avec succès toutes les épreuves physiques qui en auraient tués plus d’un, et j’adoptais comme seule et unique langue le Mando’a. Le plus fut l’apprentissage à monter les Gualamas, passion de Dime qui me l’eut vite transmit. Bientôt je construisais mes armes, mes holster à ma ceinture furent chacun servit d’une carabine blaster, que je prit plaisir à améliorer, j’avais depuis petit en moi l’amour de la mécanique, et ainsi je pouvais parfaitement m’exprimer dans cet art. Je fus bientôt poussé à me construire une armure, avec tout un ensemble de gadget. Je pris comme autre arme un long poignard Ryyk, arme si splendide et m’attribuait en guise de fusil une arbalète wookie et j’y inclus un viseur, elle devint une véritable arme de sniper. Je peaufinais, ce qui devint bien vite ma deuxième, voir ma première peau, ma beskar'gam , faite de ce matériaux si résistant qu’est le beskar. Il me fallait pour finir la peindre, les couleurs vinrent d’eux même, Dime n’avait pas pus tué le sith qui c’était enfuit à son arrivé, il me fallait le retrouver venger mon maître, je peignis mon armure en noir et or, signifiant la justice et la vengeance. Saisissant mes nouvelles armes, Dime me donna son vaisseau, il se faisait âgé, et savait qu’il n’en aurait plus besoin, j’obtenais ainsi un Y-Wing, que je repeignis en noir, mais laissait à l’avant le magnifique insigne Mando. J’eus en prime, à l’arrière du vaisseau, un petit hangar, une sorte de caisse en métal rattaché directement à l’engin, elle était idéale pour y mettre un gualama, une autre création de Dime.

Et c’est ainsi que je me mis en route vers mon ennemi, je portais alors une longue cape rouge pour rajouter de l’importance à mon personnage. Me faisant nommé Dral Kyramud, je parcourais de nombreuses planète soutirant des informations dans de longs combats acharnés où j’usais de divers gadget pour augmenter l’effraie de mon apparition. Je me fis rapidement une réputation, certain ne pouvant voir mon jet pack sous ma cape, disaient que je volais, d’autres surpris par mes arrivés en gualama après des lancés de fumigènes disaient que j’étais un démon. C’est sur naboo qu’enfin je pus obtenir de véritables information, au passage, je découvris le bouclier circulaire Gungan qui s’ajouta bientôt à mon équipement, le portant en bandoulière sur mon dos, quand je en l’avais pas sur mon bras gauche. C’est ainsi que je pus retrouver la trace du sith sur Coruscant, il était devenu sénateur et avait de nombreux garde, il se donnait même le luxe de posséder un immeuble. Entrant par en Gualama, je détruisais toute résistance sur mon passage en traversant les couloirs au galop. Bientôt j’arrivais à sa chambre, il n’eut qu’à peine le temps de se lever, que je lui coupais la tête de mon poignard Ryyk.

4. Gal, ori'skraan, riduur, yaim' dab'ika

- Bal jii ? (« Et maintenant »)

- Ni copaanir haa'taylir Mandalore (« Je veus voir Mandalore »)

Et ainsi, moi et Dime, nous sommes partis sur la planète d’origine de ma race, c’était il y a dix ans de cela, Dimebag Eldewen est mort il y a cinq ans, j’ai été l’un des membres fondateurs du nouvel ordre Mandalorien. Ensemble, nous traçons un avenir à notre peuple, une nouvelle ère.

Haat, ijaa, haa'it.



Armure:

Finwë porte une armure de Mandalorienne de couleur noir avec certaine touche or comme le casque. Légère et rapide, permettant une grande liberté de mouvement. Si ceci rend l’habit moderne, il ne faut pas oublier la multitude de gadget compris dans l’équipement. Il a avec son casque, et sa fameuse visière en T différent types de visions à travers de nombreux milieux. Il possède dans son casque de nombreux atouts puisque c’est lui qui commande son équipement, à travers différent gestes de l’œil, servant comme un écran de contrôle, sa visière lui permet d’accéder à un grand nombre de donnés d’un simple clique de l’œil. Son casque peux émettre également une alarme lors d’arrivé de tout individu à l’aide d’un détecteur de mouvement, elle contrôle aussi le filtrage de l’air à l’intérieur de l’armure qui lui permet de respirer dans bons nombres de terrains, elle règle également la chaleur. Sa visière à une capacité à s’auto réparer en cas de fissures, grâce à une technologie de nano robots. Il possède une vision de nuit, mais pour une meilleur distinction, il peut aussi utiliser une lampe frontale à intensité réglable.

Son armure est beaucoup basé sur le système d’épaisseur, même si elle est légère, Fin’ a avant tout cherché à se rendre imposant pour ces ennemis. Son poignet droit possède un petit canon, à plusieurs utilité, il peut tirer des missiles à porté moyenne et dirigeable, mais il doit recharger tout les trois tires, il peut utiliser un lance flammes, et pour finir, un deuxième petit canon sous le premier lui sert pour lancer à grappin. Malgré cela, son dos est munit d’un jet-pack, et ces bottes sont faites, d’un matériaux qui lui permet de marcher ou courir sur des murs ou encore un plafonds. Cette fonction d’aimant, s’active également avec le casque. Il peux sans problème se rendre sous l’eau, son jet pack devient alors un propulseur. Son armure étant faite de beskar, elle est particulièrement résistante aux lasers. Sur son poingnet gauche, il possède une montre tactile qui lui permet d’assurer des conversations holographiques (malgré le comlink comprit dans son casque), mais aussi de commander à distance, ou de prêt les commandes de son vaisseau, il peut ainsi en ouvrir le sas de pilote pour y rentrer, où d’un simple clik, faire en sorte qu’il se démarre seul et se déplace lui-même jusqu’à l’armure en pilotage automatique.

Armes :

Miguel possède de nombreuses armes, à commencer par ces deux carabines blaster 9118 modifiés, placés à sa ceinture dans des holster, gravé dessus: sur celui de gauche "Gal'gala !" ( "Laisse moi t'offrir un verre" à prendre comme métaphore pour une cartouche), sur celui de droite "Haili cetare " ("Régale-toi ! "). Il a pour habitudes de porter en bandoulière sur son dos (sans pourtant entravé le fonctionnement du jet-pack) son bouclier Gungan, et pause par-dessus avec une sangle son arbalète wookie, au niveau du bas du dos dans un fourreau sur le côté gauche, il possède un poignard Ryyk, long et fin, inscrit sur la lame: près du manche "Haatyc or'arue jate'shya ori'sol aru'ike nuhaatyc" ( "Mieux vaut un gros ennemi que l'on peut voir, qu'un petit que l'on ne peut pas"), au centre "Ib'tuur jatne tuur ash'ad kyr'amur." ( "Aujourd'hui est un beau jour pour que quelqu'un d'autre meurt"), et sur le bout "Ni su'cuyi, gar kyr'adyc, ni partayli, gar darasuum." ( "Je suis toujours vivant mais tu es mort. Je me souviens de toi ainsi tu es éternel"). Puis pour finir, à sa ceinture tombant sur sa cuisse, son sabre laser bleue au manche en canne, il ne s’en sert que rarement, malgré son aptitudes dans cet art, il continu pourtant à l’utiliser lors d’entraînements.

Signes particuliers, Autres:

Il possède un vaisseau noir Y-Wing, dont l’arrière est munie d’une cale aménagé rattaché au reste du vaisseau qui sert de boxe à son Gualama qu’il a nommé Dral (« Puissant ») en souvenir de ces anciens temps et de la force de la bête. L’animal qui possède des cornes, a été dressé pour entendre un ultrason qui est produit par le poignet tactile de Miguel. Dés que le Gualama l’entend, il se précipite vers son maître. Son vaisseau possède également un insigne Mando à l’avant auquel tiens beaucoup Fin’.
Sur tout son corps il arbore de magnifique tatouages tribaux, qui sont réalisés à la mémoire des ancêtres, il porte aussi un collier pendentif, qui affiche un simple cristal bleu, c'est son unique souvenir de Sommov Ritt, mais aussi de sa mère. Et dernier équipement, à sa ceinture repose une petite sacoche en cuir, elle lui sert à la fois pour y pauser ces nombreuses cartouches, bon nombre de détonateurs (sonique, thermique, flash et à charge électro statique), mais aussi une paire d'électrobinoculaires.



[OK By Don]


Dernière édition par Miguel le Ven 1 Oct - 9:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don Sparta

avatar

Messages : 70

Holocarte d'identité
Inventaire:
Race: Humain
Relations:

MessageSujet: Re: Finwë Dral Maarzac "Miguel"   Lun 28 Juin - 14:07

Validé ! Et au plaisir de RP avec toi, Mig' Razz
(Très très jolie fiche au passage. Peut-être légèremment surboosté du côté des armes mais jolie Wink )
Pour info, Mandalore se dit simplement Mand'alor en Mando'a.

En hommage à Divine Saratoga qui nous a quités il y a longtime :

BIENVENUE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel
//Mandalorien de légende\\
Admin

//Mandalorien de légende\\Admin
avatar

Messages : 40

Holocarte d'identité
Inventaire:
Race: Mandalorien
Relations:

MessageSujet: Re: Finwë Dral Maarzac "Miguel"   Lun 28 Juin - 21:54

Ouep quand je met Mandalore, je parles de la planète. Pour les armes toi tu es bien mandalore, et puis ça correspond de prêt ou de loin à: - 1 corps à corps
- 1 fusil
- 2 pistolets
- une armure

Merci pour la fiche, la tienne est bien aussi (tu aurais dus me laisser la valider ^^)

hein ? Pourquoi mon image est si petite, il faut que je m'occupe de ça ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don Sparta

avatar

Messages : 70

Holocarte d'identité
Inventaire:
Race: Humain
Relations:

MessageSujet: Re: Finwë Dral Maarzac "Miguel"   Mar 29 Juin - 3:06

Il faut héberger ton image, récuperer le code qui se finit par ".jpg" et le mettre dans le deuxième champ. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel
//Mandalorien de légende\\
Admin

//Mandalorien de légende\\Admin
avatar

Messages : 40

Holocarte d'identité
Inventaire:
Race: Mandalorien
Relations:

MessageSujet: Re: Finwë Dral Maarzac "Miguel"   Mar 29 Juin - 6:05

Ok merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Finwë Dral Maarzac "Miguel"   

Revenir en haut Aller en bas
 

Finwë Dral Maarzac "Miguel"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Gran Premier Miguel Indurain (HC) --> Jeundi 20H
» File moi un truc un peu plus fort. . . [Pv Miguel ♥]
» Sigvald Lingwë Finwëth, l'elfe déchu.
» Lucrezia Vaughn ♣ El amor en los tiempos de cholera.
» 02.04.2016 02.04.2016 Gran Premio Miguel Indurain C3
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Ère Mandalorienne :: Avant le Jeu :: Présentations :: Registre Mandalorien-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit